Le vaccin Covid19: arme biologique (gare à la contamination)

Vous pouvez naturellement annuler le vaccin (inverser une réaction indésirable) en éliminant les protéines de pointe à l'aide d'huiles essentielles thérapeutique­s ou de tisanes, après avoir été exposé à l'excrétion du vaccin.

Prions et Maladies

Le terme « protéines de pointe » (spike proteins) est une nouvelle image de marque de la protéine prion. Le changement de marque est une tentative d'obscurcir ce qui, comme beaucoup d'entre nous le savent, est extrêmement dangereux pour le corps humain. Afin de limiter l'efficacité de cette attaque, nous avons besoin de stratégies pour briser ces protéines et les rendre sûres. Le développement et la fabrication d'enzymes sont peu probables en raison des contraintes de temps.

Les travaux de Sharry Edwards sur les fréquences audio sont prometteurs mais ils sont encore en développement. Il fait appel à tous ceux qui luttent pour la souveraineté de la santé naturelle.

Il existe une option facilement disponible qui est non invasive et très efficace. Les fréquences de résonance des plantes (huiles essentielles) sont disponibles sous de nombreuses formes. La grande variété de plantes et le nombre de fréquences potentielles nous donnent la possibilité de choisir la bonne fréquence de thérapie.

Comprendre ces informations nous fournit un chemin direct vers une souveraineté et une domination de la santé dynamique sur notre propre corps.

Un remède efficace et pratique

Essayez les huiles essentielles thérapeutiques comme traitement contre l’excrétion du vaccin. Qu'avez-vous à perdre ? Les symptômes d'une exposition à l'excrétion du vaccin sont des symptômes pseudo-grippaux, des douleurs, des nausées, des saignements de nez, une désorientation, des étourdissements et (pour les femmes) des saignements menstruels anormaux.

  • Si vous ne savez pas à quel vaccin vous avez été exposé, essayez une goutte de thérapie aux huiles essentielles de Ravensara (frottez une ou deux gouttes sur vos poignets) au coucher pendant deux jours consécutifs comme remède, puis tous les deux jours comme prévention ; ou essayez une tasse de thé à la menthe poivrée/anis par jour pendant au moins sept jours comme remède et, éventuellement à long terme comme prévention.

  • Si vous savez à quel vaccin vous avez été exposé, essayez une goutte de l'huile essentielle thérapeutique indiquée dans le tableau ci-dessous (frottez sur vos poignets) au coucher pendant deux jours consécutifs comme remède.

Quel fabricant Quelle huile essentielle
Astra Zeneca Huile de Sauge, Origan, ou Ravensara
Johnson & Johnson Huile de Pin ou Ravensara
Moderna Huile d'Encens, Vetiver, ou Ravensara
Pfizer Huile de Myrrhe ou Ravensara

Toutes les tisanes, ainsi que l'anis, protègent des quatre principales protéines du vaccin.

Voir aussi Tableau des tisanes.

À propos de la COVID-19, “Virus” lui-même

Il est très ennuyeux d'écouter les gens bêler la même histoire. La moitié de la population a au moins une idée de la vérité, à travers les contradictions qui changent constamment dans ce récit. La plupart sont parfaitement conscients des limites des prétendus tests utilisés pour gonfler le nombre de cas, et quelques-uns sont même conscients qu'il n'y a pas eu de menace existentielle du mot “C” (COVID-19) depuis mai 2020.

Les médecins de Front Line ont signalé qu'il n'y a pas de preuve réelle de nouveaux cas depuis mai 2020 et qu'il y a tout de même des indications de ces preuves qui existent depuis avril 2020.

https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)31094-1/fulltext#back-bib2

The Lancet a rapporté une augmentation de cas de virus (syndrome) de Kawasaki en avril 2020 qui faisait suite à des rapports antérieurs en provenance d'Italie (où le COVID-19 est “arrivé” en Europe). Les estimations en Europe ont atteint 10 000 cas là où il n'y avait que normalement 4 ou 5 cas.

Cela indique que le virus n'était pas naturel et qu'il se décomposait en génotype après seulement quelques semaines. Cela indique que l'ARN dominant après la décomposition a causé la maladie de Kawasaki et pourrait même avoir été “extrait” du virus qui cause la maladie de Kawasaki. Cela soulève également d'autres questions. Comment un virus qui n'existe que pendant quelques semaines peut-il se propager naturellement dans le monde entier sur une période de plusieurs mois ?

Pour autant que je le sache, cette “anomalie” n'a jamais été étudiée.

Il y a aussi le cas étrange d'un virus qui n'a jamais été isolé. Sans carte génétique (le code complet du virus), il n'est pas possible de tester avec précision ce virus. Il n'est pas possible d'établir un test TC-PCR ou de le comparer en laboratoire sans avoir son code complet. Il est également impossible de détecter un variant si vous n'avez pas l'original. Grâce à la techno-conjecture (modélisation informatique) et à la création de mythes politiquement opportuns, nous sommes arrivés là où nous sommes aujourd'hui, complètement vidés de tout intérêt pour le récit du mot “C”.

Le virus que nous connaissons

Normalement, nous souffrons d'un virus pendant quelques jours ou quelques semaines et nous nous rétablissons éventuellement. C'est la rencontre habituelle avec un virus de la grippe. Tous les virus se comportent différemment dans le corps humain. À titre d'exemple, l'herpès simplex est assez bien connu et peut être contracté par n'importe quel fluide corporel. Epstein Barr (également un virus de l'herpès, E. B.), d'autre part, ne peut généralement être contracté que par contact sanguin. Une fois dans un corps, l'action des deux virus de l'herpès est similaire mais E.B. préfère coloniser l'un des organes, il suffit donc d'imaginer ce que fait l'herpès simplex sur les lèvres et l'action similaire de l'E.B, par exemple le foie ou la rate. Ces dommages physiques évidents peuvent être réparés par un corps dès que le virus est éliminé, de la même manière que nous nous remettons d'une grippe ou qu'une lèvre guérit d'ampoules simplex.

Les dégâts sont si minimes qu'ils sont largement ignorés

Tout virus en propagation crée un sous-produit d'une seule protéine. Nous n'avons pas d'enzymes correspondantes pour casser ces protéines (comme nous le faisons pour la plupart des protéines que nous consommons), donc le corps n'a qu'un seul mode d'action, le transport vers le foie et l'élimination par le côlon avec la bile. Le problème vient de la nature de ces protéines. En effet, bien qu'elles sont plus petites que le plus petit grain de poussière, elles sont très collantes. Je les compare à un fromage à pâte molle. Un petit pourcentage de ces protéines peut s'accumuler dans le foie ou la vésicule biliaire et un pourcentage encore plus faible peut se fixer aux cellules sanguines.

Certains virus peuvent survivre sans être détectés dans le corps pendant des années, voire des décennies, en attendant l'occasion d'augmenter en nombre. Cette opportunité est reçue lorsque l'hôte devient faible pour une raison quelconque. C'est pourquoi l'herpès simplex porte le nom de « bouton de fièvre », car un autre virus ou une autre bactérie (un rhume) crée un stress sur notre capacité à combattre ou à contrôler les envahisseurs et est incapable de contrôler les invités indésirables les plus permanents.

La coagulation des protéines dans le foie est souvent diagnostiquée à tort comme une tumeur et, dans la vésicule biliaire, se transforme en calculs biliaires. Les protéines deviennent des cailloux de la même manière qu'un morceau de brie perdu au fond du réfrigérateur devient solide. Attachées à une cellule sanguine, les protéines peuvent être transportées dans n'importe quelle partie du système circulatoire et boucher n'importe quel endroit, provoquant des problèmes de coagulation et des problèmes cardiaques dégénératifs. Un très, très petit pourcentage peut s'attacher aux cellules sanguines et voyager jusqu'au cerveau. Dans le cerveau, ils ne constituent pas une menace active, mais la présence d'une protéine étrangère déséquilibre la chimie du cerveau.

Bien sûr, le cholestérol n'a aucun rôle dans le colmatage ou la coagulation, et si nous ne le mangeons pas, notre corps doit le produire. Les statines ne valent rien comme beaucoup de produits pharmaceutiques.

Pour éliminer les protéines virales du corps, buvez une tasse de tisane de Moringa par jour pendant deux semaines.

Démence et Alzheimer

Ces deux noms de maladies sont liés car les mêmes virus peuvent entraîner l'une ou l'autre.

Le foie est proche du côlon et la majorité des protéines collantes peuvent être facilement évacuées. Quel que soit le virus dans le foie, les protéines collantes qui en résultent ont de bonnes chances d'être expulsées du corps.

Une infection virale dans la rate est très différente. Les symptômes physiques sont des douleurs sporadiques et globales, l'arthrite et l'enflure. Comme le virus se trouve dans le système lymphatique, le processus d'élimination devient plus compliqué car la protéine doit être transportée vers le foie. Cela crée un colmatage dans le système lymphatique et une plus grande opportunité pour les protéines de se fixer aux cellules sanguines.

La raison pour laquelle la maladie d'Alzheimer est plus rapide dans son apparition est simplement dûe à l'endroit où le virus réside dans le corps, dans ce cas-ci, la rate.

Protéines collantes de prions fabriquées

Les protéines de pointe sont des protéines collantes artificielles (prions) et, en tant que telles, peuvent causer les mêmes problèmes ; mais elles sont produites beaucoup plus rapidement par notre propre corps. Ce ne sont pas des vaccins. Elles ne vous protégeront pas.

Comment un scientifique sain d'esprit peut-il ne pas comprendre le danger d'une telle intervention dans le système humain ? Il n'y a pas de défense crédible.

The International Journal of Vaccine Theory, Practice and Research a publié ce rapport, suggérant que ce « vaccin » pourrait être pire que la maladie qu'il est censé prévenir.

Il n'y a aucun doute sur ce que sont ces protéines. Il ne fait aucun doute que la production d'ARNm de ces protéines raccourcira votre vie.

Conclusion

Il n'y a pas de pandémie. Il n'y a pas de virus. Il n'y a pas de variants. Donc si l'inverse est notre point de départ, quel que soit le traitement que nous utilisons, il ne sera que partiellement efficace.

Les “variants” ne sont pas des virus, mais des protéines de pointe (prions) conçues pour s'auto-répliquer dans le corps humain. Les prions encombrent l'organisme et, en fonction de l'état physique de l'organisme concerné, ils entraînent à terme la défaillance d'organes, des thromboses et de la démence. Il est possible d'obtenir ces protéines sans avoir recours à un vaccin (retombées/excrétions vaccinales).

Pour se protéger des protéines, une tisane de fenouil ou d'anis étoilé par jour, c'est simple et peu coûteux. Le fenouil est gratuit à la campagne en ce moment, que vous ayez foi en ce que je dis ou non, qu'avez-vous à perdre ? Assurez-vous que toutes les personnes que vous connaissez soient au courant, car au plus de personnes suivent ce conseil, au plus nous sommes en sécurité.

Vous pouvez naturellement annuler le vaccin (inverser une réaction indésirable) en éliminant les protéines de pointe à l'aide d'huiles essentielles thérapeutiques ou de tisanes après avoir été exposé à l'excrétion du vaccin.
 Copyright © 2021, John Millward   Javascript et les cookies sont nécessaires.   Les navigateurs web ne sont pas tous les mêmes.   ??≈TL